élection européenne actu

Les élections Européennes: l’actu

Les électeurs de toute l’Union européenne se sont rendus aux urnes il y a quelque temps pour voter pour les partis qu’ils veulent représenter au Parlement européen, l’un des organes législatifs de l’UE et le seul dont les membres – les eurodéputés – soient élus au suffrage direct. Désormais, nous connaissons les résultats !

Les résultats en bref

Les électeurs de gauche et du centre ont plutôt apporté leur soutien aux partis écologistes pro-européens (connus sous le nom de “Verts”) et aux libéraux. Mais les partis populistes et nationalistes d’extrême droite, dirigés par des Italiens tels que Matteo Salvini et, en France, Marine Le Pen, ont également renforcé leur position au Parlement européen.

Certains électeurs en ont peut-être marre de l’établissement, mais ils continuent de soutenir en grande partie les partis pro-UE, même s’ils cherchent ailleurs que dans les blocs centristes traditionnels. En même temps, il s’agit moins d’un discours européen global que d’une expression de 28 débats politiques nationaux distincts, amplifiés à l’échelle continentale.

Ces élections parlementaires européennes ont été considérées comme les plus décisives des dernières années. Et le taux de participation a reflété ce qui suit: Avec plus de 50% en Europe, il était le plus élevé en deux décennies.

Les grandes conclusions des élections au Parlement européen.

Les Verts ont été la surprise de ces élections que tout le monde aurait dû voir venir

Les Verts sont arrivés à la deuxième place en Allemagne avec 20%, contre le traditionnel Parti social-démocrate (SPD). Les Verts ont obtenu leurs meilleurs résultats en Finlande, recueillant plus de 16% des suffrages. En France, ils occupent une surprenante troisième place avec 13% des voix. Au Royaume-Uni, les Verts pro-européens ont encaissé environ 12%, remportant environ sept sièges et se classant à la quatrième place, devant le parti conservateur au pouvoir.

Au total, les Verts remporteront environ 70 sièges au Parlement européen, qui compte 751 membres, contre 51 lors de la dernière élection de 2014.  Avec ces résultats, on aurait dû s’y attendre quand même.

L’activisme environnemental et les inquiétudes face au changement climatique font certainement partie des raisons pour lesquelles nous avons de tels résultats. Mais plus généralement, les Verts ont réussi à exprimer une vision sur les problèmes sociaux et économiques pro-immigrés, pro-européens.

Les populistes d’extrême droite restent une force puissante

Les élections législatives européennes devaient tester la montée de l’extrême droite – et leur approche nationaliste, populiste et généralement eurosceptique de l’UE.

L’extrême droite détiendra environ 25% des sièges au Parlement européen. C’est leur meilleure performance de tous les temps, mais ce n’est pas non plus un balayage européen. Les partis nationalistes se sont mieux comportés dans certains pays de l’UE que dans d’autres.

La réalité, cependant, est que ces partis sont là pour rester, et bien qu’ils n’aient pas conquis l’Europe, il est également difficile d’affirmer qu’ils sont des partis aberrants et marginaux. Ils font maintenant partie du paysage politique européen.

Un Brexit sans accord est-il devenu plus probable?

Le Royaume-Uni n’était même pas censé participer aux élections législatives européennes de cette année, car il était supposé quitter l’UE maintenant. Évidemment, cela n’est pas encore d’actualité. Le Royaume-Uni a donc dû voter après tout. En conséquence, les élections législatives européennes – comme pratiquement tout le reste du Royaume-Uni ces temps-ci – se sont transformés en un référendum sur le débat sur le Brexit qui divise le pays.

Les élections législatives européennes représentent encore un reflet de 28 États membres individuels

Tous ceux qui ont voté à ces élections, quel que soit leur pays de résidence, votaient pour des représentants afin de les servir dans un organe législatif central: le Parlement européen.

Pourtant, officiellement, ces élections sont beaucoup plus qu’une simple représentation de 28 élections différentes. Elles devraient refléter un récit européen collectif. Ce qui s’est passé dans les urnes montre clairement la division et les buts individualistes de chaque pays membre.

Au Royaume-Uni, les élections ont été un référendum sur le Brexit. La France a assisté à une revanche de l’élection de 2017 entre Le Pen et Macron, bien que cette fois-ci, Macron ait apporté ses bagages depuis ses premières années au pouvoir. En Espagne, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui a remporté le plus grand nombre de voix aux élections législatives de ce pays le mois d’avant, a renforcé ses performances aux élections européennes, devenant ainsi le parti le plus dominant du bloc centre-gauche.

En Italie, Salvini a consolidé le pouvoir de Lega après les élections italiennes de 2018. En Allemagne, la frustration suscitée par la grande coalition entre les partis de centre-droit et de centre-gauche dirigés par la chancelière Angela Merkel a contribué à une montée en puissance du soutien aux Verts lors des élections régionales.

Ainsi, alors que des millions de personnes ont élu leurs représentants au Parlement européen lors de la deuxième plus grande élection au monde, leurs préoccupations (et leurs votes) étaient bien plus liées aux débats et divisions politiques propres à chaque pays qu’autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.