élection européenne actu

Les élections Européennes: l’actu

Depuis le 26 mai, date des élections européennes, l’ancre n’a pas su sécher pour savoir qui a perdu et qui a gagné. Or il y a bien deux vainqueurs dans cette élection. Ce sont l’Union européenne (UE) et –en France comme en Europe– Emmanuel Macron.

Une victoire de l’Europe

Les élections de 2019 resteront sans doute comme les premières véritables élections européennes. L’Union européenne elle-même en est en effet la grande gagnante. La poussée très nette de la participation dans la grande majorité des pays membres, notamment en Allemagne, en Espagne ou en France, signifie que pour un nombre croissant de citoyen·nes les élections européennes ont un sens.

On disait la population européenne peu intéressée par le fonctionnement politique de l’UE. En réalité, elle ne se reconnaissait pas dans un Parlement figé dans le duopole socialistes-modérés incapable de se saisir des nouveaux enjeux capables de mobiliser les opinions publiques alors que dans un nombre croissant de pays le clivage gauche-droite perdait de sa capacité à organiser le fonctionnement des systèmes politiques.

Le dimanche 26 mai, l’électorat a voulu projeter au niveau européen les nouveaux clivages et enjeux qui sont ceux de nombreux pays aujourd’hui: l’affirmation ou le rejet de l’Europe et l’écologique, notamment.

Une victoire de Macron

Il était étonnant au soir du scrutin d’entendre la plupart des commentaires expliquer qu’il s’agissait d’une victoire pour le Rassemblement national et d’une défaite pour Macron qui, lui, aurait au mieux «limité la casse». C’est tout le contraire. Le président a remporté une victoire stratégique d’une grande portée.

En 2017 il avait deux objectifs: remplacer le clivage gauche-droite pour empêcher l’alternance au pouvoir de la gauche modérée et de la droite modérée et constituer un électorat nouveau qui soit à la fois «de gauche et de droite».

Il donna un premier coup décisif au système partisan avec l’effondrement du Parti socialiste (PS) et la victoire de La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale. Beaucoup alors estimaient que ce nouvel électorat était un accident et qu’un tel succès ne se renouvellerait pas. Le mouvement des «gilets jaunes» faisait dire à certain·es qu’un effondrement du macronisme était proche.

Effondrement de Les Républicains

En revanche, Macron a poursuivi avec succès la destruction de l’ordre ancien. Après celle du PS –ou plutôt son autodestruction– en 2017, confirmée en 2019, c’est aujourd’hui au tour de Les Républicains de s’effondrer. Ils ont cessé de pouvoir constituer une alternative au pouvoir en place. Le clivage gauche-droite est balayé.

Seuls les écologistes ont remporté un succès électoral incontestable, mais, en Europe comme en France, voudront-ils toujours se situer uniquement à gauche? Lorsque Raphaël Glucksmann, qui a obtenu 6,3%, appelle pour la énième fois au rassemblement de la gauche, quelle peut être la signification réelle d’une telle demande? Jean-Luc Mélenchon, qui a voulu écraser tous les partis de gauche, se trouve lui-même écrasé et isolé dans son refus de se situer à gauche.

Restent le Parti communiste français (PCF) et Génération.s qui à eux deux ont rassemblé 5% des suffrages, soit avec les socialistes 12%! En réalité, Macron, résolument et fermement situé au centre de l’échiquier politique et n’ayant en face de lui comme force réelle que le RN, est le maître de l’heure. Il a réussi en outre à faire de la question européenne un enjeu politique capable de déplacer les lignes.

Le président de la République française l’a emporté pour une autre raison qui, elle, se situe au niveau européen. Son objectif était double: faire de l’ALDE, libéral et européen, un groupe suffisamment important pour peser sur le fonctionnement politique du Parlement européen, en mettant fin, ici aussi, à la domination de la gauche socialiste et de la droite conservatrice ou chrétienne-démocrate; obtenir que la délégation française soit assez nombreuse au sein de ce groupe pour donner de la force à sa parole et à son projet européen.

Victoire sur les deux tableaux: le groupe ALDE est celui qui a connu la plus forte progression, passant de 67 à 106 membres, en troisième position derrière les sociaux-démocrates et le Parti populaire européen, tous deux en recul. Au sein de ce groupe, la délégation française sera la plus nombreuse. Cette formation, en se situant au centre de l’échiquier politique européen, aura une influence réelle sur la composition des majorités.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.