démission théresa may

Theresa May : Une démission qui fait du bruit

Theresa May a enfin quitté le gouvernement britannique, mais cela ne signifie pas pour autant que le Brexit est aux oubliettes. Alors, nous allons voir ici quelles seront les implications de cette démission !

Implications à court terme

Après trois années au cours desquelles Mme May a été confrontée presque quotidiennement au défi de sceller un accord de sortie avec l’UE, on pense généralement que sa démission accroîtrait les chances d’un Brexit sans accord, notamment parce qu’elle avait été forcée de quitter ses fonctions.

démission théresa may

Mais à plus court terme, le Royaume-Uni pourrait encore s’attendre à une nouvelle extension de la procédure formelle de sortie de l’article 50, ce qui retarderait le Brexit au-delà de la date désormais fixée au 31 octobre.

Étant donné que l’Union européenne insiste sur le fait qu’aucun autre traité de sortie ne peut être négocié, l’accord profondément impopulaire de Mme May ne peut toujours pas être annulé. Il pourrait encore survivre.

Parle-t-on d’une annulation du Brexit ?

Aucun des députés réunis pour remplacer Mme May ne souhaite annuler la décision du Brexit ou organiser un deuxième référendum. C’est une réponse courte mais efficace à la question !

Une écrasante majorité des militants conservateurs britanniques sont attachés à un dur Brexit – à l’instar de l’accord commercial entre l’UE et le Canada – ou à une sortie sans accord.

démission théresa may

Une révision du traité alors ?

L’UE insiste sur le fait qu’aucune révision du traité n’est possible.  L’accord de retrait ne peut être ni rouvert ni renégocié comme a déclaré un porte-parole de la Commission européenne.

Les dirigeants de l’UE et la Commission ont souligné à plusieurs reprises leur volonté de réviser la partie de l’accord concernant les relations économiques entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne.

La disparition politique de Mme May augmente-t-elle les chances d’un Brexit sans accord?

Oui. Plusieurs candidats, préfèrent manifestement quitter l’UE sans accord plutôt que de partir avec l’accord de Mme May.  Une majorité de députés ont à plusieurs reprises voté contre aucun accord et le feraient probablement à nouveau.

Mais comme le débat public britannique est de plus en plus polarisé entre un non-accord et un second référendum, les chances d’un autre vote de l’UE peuvent également être à la hausse, en particulier si le nouveau dirigeant conservateur décide qu’un autre scrutin de ce type est préférable à la convocation d’élections générales anticipées.

démission théresa may

L’UE accordera-t-elle plus de temps au Royaume-Uni pour éviter un Brexit sans accord?

Le président français Emmanuel Macron a rejeté toute prolongation jusqu’en 2020, affirmant que le Brexit jetterait une ombre inacceptable sur l’ensemble du projet européen, tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que le Royaume-Uni devrait avoir toutes les chances de ne pas s’effondrer sans un accord.

Alors que les institutions bruxelloises souhaiteraient ne pas faire face aux conséquences d’une sortie sans accord à ce stade, la position reste que le Royaume-Uni devrait définir ce qu’il ferait avec plus de temps, que ce soit de tenir une réunion générale élection, un deuxième référendum ou une autre tactique pour faire aboutir l’accord.

En fin de compte, le Royaume-Uni est aux prises avec le Brexit. Macron aurait besoin de beaucoup de persuasion pour accorder une autre prolongation. La grande question est de savoir ce nouveau premier ministre britannique serait prêt à fournir plus d’arguments pour le convaincre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.